Le Slow Made : quand le temps devient sens

A l’occasion des JEMA, des événements Slow Made seront proposés à Paris (Palais de Tokyo) mais aussi en région.  

Image

Pourquoi ?
Aspiration de nouveaux consommateurs pour des produits qui ont du sens, un supplément d’âme, « fait en prenant le temps nécessaire », le juste temps qui est la valeur fondamentale et commune à tous les métiers d’art.

Dans le même temps, nous voyons une nouvelle génération de jeunes qui s’inscrivent depuis leur naissance dans le développement durable, les nouvelles technologies et l’envie de créer quelque chose avec leurs têtes et leurs mains, à échelle humaine qui viennent se former et créer leur entreprise, souvent unipersonnelle mais aussi de + en + en collectifs ouverts et décloisonnants.
Les métiers d’art répondent à cette aspiration profonde car ils proposent des productions qui ont une âme, du sens, une identité. Un objet métiers d’art met du temps à être fait et il est fait pour durer. On n’achète pas simplement un produit métiers d’art on l’acquière, on le garde et on développe une relation intime avec lui, une relation personnelle, sensible, émotionnelle.

Mais ces productions et les gens qui en font leur métier à temps plein et sans compter leurs heures (beaucoup de travail) ne sont pas valorisées à leur juste mesure et manquent de visibilité auprès de la société.

Par qui ?

A partir de ce constat, un groupe d’acteurs publics et privés des métiers d’art, de la culture, de la communication, de l’économie, de la sociologie, du design et de la mode se sont réunis à l’initiative de l’Institut National des Métiers d’Art et des Manufactures nationales et au premier rang le Mobilier National pour travailler sur un concept et une stratégie de communication innovante, valorisante et créer une nouvelle dynamique.

Quoi ?
C’est la vocation du Slow Made de proposer un étendard commun, une signature collective qui vafédérer les métiers d’art et renforcer leur identité.

Le slow made est un mouvement, donc il entend proposer, agir, avancer et faire avancer.

Il ne propose pas un repli identitaire et n’est pas dans la réaction mais plutôt dans l’affirmation de valeurs incarnées par des acteurs.

Il ne s’agit pas de se tourner vers le passé mais de s’en servir, de faire persister une mémoire, un patrimoine culturel, technique, vivant pour regarder devant, créer un élan résolument tourné vers l’avenir.

Il est sans nationalité ou alors international. Il est à la fois local (Made in, Made by) et universel.

Idée de communauté de valeurs et de métiers. Proactif, positif et productif. C’est mieux produire, mieux travailler et mieux consommer (éthique). On relie le producteur au consomm’acteur en passant par l’éditeur et le promoteur. Il y a un acte, un choix fort.

Art de vivre, lifestyle, proposition pour un nouveau paradigme de société qui fait des choix en valorisant la qualité, le sens, l’identité, le savoir-faire, l’innovation, la création, la volonté de transmission, la recherche et un modèle économique juste à travers une charte.

C’est donc un point de départ plutôt qu’un point final. C’est un moyen, pas une fin en soi pour faire avancer les choses. Slow Made veut questionner, faire s’interroger ces métiers et cette communauté de valeurs pour construire un futur.

Comment ?
Pour l’instant un réseau social, facebook slowmade.net et bientôt un site internet, puis une association qui coordonnera des actions.

Une communauté qui prendra part à des événements, comme des expositions, des conférences filmées, des ateliers de recherche, des masters class, workshops et une promotion (diffusion d’un logo, guide).

Qui ?
Exemples d’acteurs et ambassadeurs qui incarnent ce mouvement par leur démarche créative et innovante à partir de savoir faire traditionnels voir rares :

-Ludovic Avenel ébéniste-créateur, Prix de la Fondation Liliane Bettencourt

-Émilie Moutard-Martin, parurière plumassière, Grand prix de la création de la ville de Paris.

-Gérard Desquand, graveur, Maître d’Art, MOF, et enseignant qui dédie son travail sur l’empreinte, la trace.

-Pascal Gautrand, fashion designer et lauréat de la Villa Médicis.

-Michel Heurtault, parasolier, Grand Atelier de France, qui travaille pour le cinéma.

Avec qui ?
Slow Made bénéficie d’ores et déjà du soutien de la Manufacture de Haute Horlogerie Vacheron-Constantin

D’autres soutiens sont à venir…

Où ?
France, à Paris, en régions, à l’international

Des événements Slow Made sont prévus à l’occasion des Journées Européennes des Métiers d’Art, des Designer’s Days, les Fashion weeks, Marseille Provence 2013

La page facebook Slow Made: www.facebook.com/slowmade.net
Et pour plus d’informations, voir le site de l’INMA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s