Archives mensuelles : octobre 2012

«  Les métiers d’art sont une très bonne vitrine pour l’artisanat »

Alain Chapeau est le chef de projet Métiers d’Art, chargé du développement des métiers d’art au niveau départemental et régional à la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat d’Auvergne.

Que représentent, pour vous, les Métiers d’art  ?

J’ai touché à tous les secteurs de l’artisanat (alimentation, bâtiment, mécanique…) depuis que je suis en Chambre de métiers, depuis 23 ans. A partir de 1999, l’accent a été mis sur les métiers d’art à la demande du président de la Chambre. Ce secteur, composé d’artisans et d’artistes, constitue une très bonne vitrine pour l’artisanat, avec des gens passionnés et motivés. Il est pour moi très intéressant de les suivre et de les accompagner.

Comment s’est passée l’édition 2012 des JEMA ? 

L’action sur les quatre départements d’Auvergne s’est globalement bien passée. Plus d’une centaine d’ateliers ont été mobilisés pour les journées portes ouvertes, et nous avons organisé au moins une manifestation collective par département, soit dans un musée, soit dans une salle d’exposition ou une salle des fêtes grâce à des regroupements d’artisans.  Au final, nous avons recensé plus de 5 000 visiteurs sur toute la région Auvergne.

Quels sont vos projets pour l’édition 2013 ?

Nous avons déjà tenu deux réunions au niveau régional. Le thème choisit  – les métiers d’art se mettent en scène – permet d’élargir l’évènement aux gens du spectacles et de la musique. Le département phare cette année, la Haute Loire, va accueillir l’école Boule avec des pièces produites les années passées. Des élèves et des professionnels vont se déplacer pour faire des démonstrations et expliquer leurs travaux. Ils seront accueillis par le conseil général du Puy-en-Velay et la préfecture de la Haute Loire, avec des expositions d’autres artisans.

Entretien avec Myriam Allein : « Les JEMA sont avant tout un savoir-faire à communiquer »

Chargée de développement économique Métiers d’Art à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Pyrénées Atlantique, Myriam ALLEIN, est en charge de la coordination et de l’animation du comité de pilotage régional des Journées européennes des métiers d’art. Elle assure la mobilisation et le relai sur le département, avant de diffuser les informations à ses homologue de la Chambre des métiers et au comité de pilotage d’Aquitaine. Son rôle est de penser la manière dont va être facilitée la mise en oeuvre de la programmation des JEMA, et surtout d’établir un plan de communication pour accompagner et mettre en oeuvre l’évènement dans le département.

Quel bilan faîtes-vous de l’édition 2012 des JEMA ?

Nous avons connu une vraie mobilisation, grâce à la sensibilisation des collectifs et des groupes d’artisans d’art, mais aussi des communautés de communes et des offices de tourisme, maillons forts de ces Journées.

Huit collectifs d’artisans d’art et de professionnels se sont mobilisés pour la mise en circuit d’artisans individuels, prêts à ouvrir leurs porte et accueillir le public. Deux guides conférenciers ont promené touristes et curieux dans les ateliers ouverts dans la ville de Bayonne, et au musée basque. En parallèle, Bayonne (Ville d’Art et d’Histoire, avec Pau), a coordonné l’action de 40 adhérents d’une association pour la création d’une large exposition-démonstration au cloître de la ville. Enfin, sept ébénistes, tourneurs sur bois et sculpteurs sur bois, se sont réunis dans un atelier pour faire des démonstrations, et une exposition conviviale autour de la manifestation. Sans compter les cinq restaurateurs du patrimoine qui ont exposé dans le musée des beaux arts…

Un programme riche ! Comment avez-vous fait connaître ces manifestations ?

Il a s’agit avant tout d’un savoir-faire à communiquer. Pour ce faire, les offices de tourisme du département ont travaillé en étroite collaboration avec les collectivités locales et les communautés de communes ont porté l’initiative des professionnels. Grâce à la coordination de la chambre des métiers, beaucoup d’énergie a été déployée par tous les acteurs, pour mobiliser chacun, avec un résultat très satisfaisant.

Quelle a été la fréquentation générale ?

Nous avons recensé plus de 2 000 personnes sur les différents lieux en Pyrénées Atlantique. En 2011, nous avions incité les artisans à ouvrir leurs portes au public, mais notre département étant vaste et rural, cela ne s’est pas révélé pertinent car les distances à parcourir pour visiter chaque artisan étaient trop grandes. A la veille de l’édition 2012, deux conférences de presse ont permis de diffuser aux journalistes la liste de l’ensemble des participants, des manifestations et des ateliers ouverts. Ce qui a très bien marché. L’édition 2012 des JEMA a été pour nous très positive, avec de belles participations.

Quelles sont vos projets pour l’édition 2013 ?

Avec le thème « Les métiers d’art se mettent en scène », nous allons travailler pour l’édition 2013 autour de la mise en scène et des décors de théâtre, en développant cette thématique avec les artisans qui peuvent y répondre. Et nous allons bien évidemment travailler également avec tous ceux qui ne rentrent pas immédiatement dans le cadre de ce thème, pour n’écarter personne. Nous avons par ailleurs testé, en 2012, une route des métiers d’art à Nay, avec une centaine d’artisans. Une expérience très stimulante, qui devrait être reconduite pour 2013.

Plus d’informations sur le site des Chambres de métiers et de l’artisanat de Pyrénées-Atlantique
et sur le site des JEMA 2012

Les Journées Européennes des Métiers d’Art, un rendez-vous annuel

À l’initiative de la France, les Journées des Métiers d’Art ont pris en 2012 leur envol européen, avec les premières éditions Espagnole, Italienne, Lettone et Suisse de l’évènement. L’Irlande et le Portugal s’annoncent déjà pour l’édition 2013 des JEMA. Une étape européenne majeure pour nos métiers d’excellence, coordonnée par l’Institut National des Métiers d’Art (INMA). 

Un succès en France

Lancées à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris par l’exposition Mémoires d’avenir, placée sous le thème de la transmission, les Journées Européennes des Métiers d’Art 2012 ont contribué à faire évoluer les regards sur ces métiers exigeants et créatifs et à préciser leurs implications directes dans le monde d’aujourd’hui. Visites d’ateliers, de manufactures, démonstrations, colloques, manifestations, expositions, parcours pédagogiques, pendant trois jours, toute une corporation de métiers a présenté son art et dévoilé au public les coulisses de ses savoir-faire, comme les perspectives d’avenir d’un patrimoine commun.

En France, plus de 1.400.000 personnes sont allées à la rencontre des 4.170 professionnels qui se sont investis de leur rôle de passeurs et de transmetteurs d’histoires pour mieux faire comprendre, à tous, les créations et les innovations technologiques des Métiers d’art du XXIe siècle. Les défis posés par la matière, l’évolution des us et des coutumes, les performances techniques, la qualité des pièces, la rareté des savoir-faire, la précision des évolutions, mais aussi, les différentes possibilités de formation, de reconversion ou bien encore les qualités requises pour exercer ces métiers de passionnés ; dans toutes les langues, ces questions ont souvent été évoquées, par un public, presque aussi curieux que reconnaissant, venu en masse.

MANIFESTATIONS CLÉS EN RÉGIONS

3.694 ateliers – 4.170 professionnels – 327 manifestations – 111 centres de formation – 30 Maîtres d’art et élèves Maîtres d’art- 149 entreprises du patrimoine vivant (EPV) – 76 meilleurs ouvriers de France (MOF) – 30Villes et Métiers d’Art- 2.300 ateliers/démonstrations -700 ateliers découverte. Moyenne de fréquentation pour les manifestations : 3700 visiteurs. Moyenne de fréquentation en atelier : 50 visiteurs.

Une collaboration efficace

Coordonnées par l’Institut National des Métiers d’Art, les Journées Européennes des Métiers d’Art sont mise en œuvre, en France, par les relais régionaux de l’INMA en lien avec les collectivités territoriales, locales et différents réseaux d’associations. Les JEMA s’appuient sur des partenaires professionnels engagés :

L’Assemblée permanente des Chambres de métiers et de l’artisanat, Ateliers d’Art de France, premier groupement professionnel des Métiers d’art , le Fonds national de promotion et de communication de l’Artisanat le Centre des Monuments Nationaux, Les Plus beaux villages de France, l’association Vieilles Maisons Françaises et le label Ville et Métiers d’Art. L’apport et le soutien de nos mécènes privés est également primordial, la manufacture horlogère Vacheron Constantin et la Fondation Bettencourt-Schueller. La manufacture horlogère Vacheron Constantin a également soutenu les éditions Italienne et Suisse des JEMA.

Les éditions européennes des JEMA ont été rendues possibles grâce au concours des institutions suivantes :

– La Fundación Española para la innovación para la artesanía (FUNDESARTE) pour l’Espagne,
– La fondation Cologni dei Mestieri d’Arte pour Milan et la Lombardie,
– L’Osservatorio dei Mestieri d’Arte (OMA) et le Centro per l’Artigianao Artistico e Tradizionale della Toscana (ARTEX) pour Florence et la Toscane,
– Le Arts Education and Intangible Heritage Center pour la Lettonie,
– Le Département de la culture et du sport de la ville de Genève,
– Et, l’Office Provincial des Métiers d’Art de la ville de Liège pour la Belgique.

La prochaine édition des JEMA aura lieu les 5, 6 et 7 avril 2013, autour du thème : « Les métiers d’art se mettent en scène ».

Plus d’information : http://www.institut-metiersdart.org