Archives mensuelles : décembre 2012

Les Journées Européennes des Métiers d’Art 2013, venez à la rencontre de savoir-faire uniques dans les ateliers les 5, 6 et 7 avril 2013

Pour la 7ème édition,  les métiers d’art de mettent en scène ! Les Journées Européennes des Métiers d’Art invitent le grand public à rencontrer des hommes et des femmes de passion. Dentellières, ébénistes, maroquiniers… les professionnels dévoilent leurs secrets pour des découvertes inédites. 

Capture d’écran 2012-12-20 à 15.49.09

Au programme : de nombreux ateliers à visiter, des démonstrations de savoir-faire, des portes ouvertes dans les centres de formation mais aussi des expositions de prestige, des conférences ou des colloques. Le visiteur pourra emprunter des circuits thématiques dans toute la région ou inventer son propre parcours.

Cette année, trois nouveautés importantes :

Une thématique nationale est proposée, « les métiers d’art se mettent en scène ». Les professionnels sont invités à s’investir dans la scénographie de l’atelier, lieu évocateur et riche de sensations par excellence, à partager leurs univers et à lever le voile sur les processus de création. Cette édition est aussi l’occasion de mettre en pleine lumière ceux qui oeuvrent généralement dans l’ombre des arts du spectacle.

Initiée en 2011 par l’INMA, la dimension européenne prend de l’ampleur et  les professionnels d’Espagne, d’Italie, de Hongrie, de Lettonie, de Suisse, de Belgique et d’Allemagne nous rejoignent cette année.

Concernant les horaires : les ateliers participants ont désormais l’obligation d’accueillir le public les samedi 6 et dimanche 7 avril 2013 de 11 h à 19 h pour une meilleure visibilité de la manifestation.

C’est une invitation unique de venir découvrir les défis posés par la matière, les performances techniques, la rareté des savoir-faire, la précision des évolutions, mais aussi, les différentes possibilités de formation, de reconversion ou bien encore les qualités requises pour exercer ces métiers de passionnés.

Si vous souhaitez vous inscrire : ici

Les Journées Européennes des Métiers d’Art sont un événement national coordonné par l’Institut National des Métiers d’Art. Ce rendez-vous met en lumière les 217 métiers d’art, leur richesse et leur diversité, dans les secteurs de la conservation-restauration et de la création. Les pouvoirs publics souhaitent ainsi soutenir ce secteur au fort potentiel économique, social, territorial et culturel. Patrimoine de nos régions, les métiers d’art constituent l’identité d’un territoire et concourent au dynamisme local. Métiers profondément humains, ils valorisent la transmission comme la création, l’innovation ou l’esprit d’entreprise.

Retrouvez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter !

3 800  ateliers métiers d’art | 350  Manifestations | 52 circuits thématiques pour l’édition 2012

«  Un évènement aux effets bénéfiques pour toute l’année »

Géographe de formation, Christophe de Lavenne a été mandaté par la région Lorraine pour créer une mission régionale des Métiers d’Art – INFFOLOR. Il en est aujourd’hui le chef de projet, travaillant à temps plein sur les Métiers d’Art depuis près de 10 ans. Entretien.

Visit JEMA 2012 C de LAVENNE JM DELISLE Pdt INMA JP MASSERET Pdt CRL

À l’occasion des Journées Européenne des Métiers d’Art Metz, inauguration de l’exposition présentation des formations métiers d’art à la Région Lorraine avril 2012. De gauche à droite Christophe de LAVENNE, Jean Michel DELISLE Président de l’INMA, Jean Pierre MASSERET Président de la Région Lorraine.

Quel est l’impact des JEMA dans votre région ?
Il n’est pas possible de mesurer la réussite des JEMA à l’aune des trois seules journées, car l’évènement génère des contacts, des affaires, des partenariats qui perdurent toute l’année, au bénéfice des professionnels. L’organisation mobilise beaucoup de temps et d’énergie, mais la répétition annuelle de l’évènement permet d’optimiser beaucoup de choses.

Les Journées attirent-elles beaucoup de monde ?
Il est difficile d’estimer la fréquentation globale, dans la mesure où la mobilisation est extrêmement variable d’un atelier à un autre, avec une fourchette allant de 0 à 650 visiteurs. Le résultat dépend le plus souvent des efforts des artisans avec, en milieu urbain, une concentration qui dope la fréquentation. Nous avons recensé en 2012 environ 40 000 visiteurs pour 150 ateliers participants et une quarantaine de manifestations.

Pour quel retour des artisans ?
L’indice de satisfaction des artisans n’est pas forcément corrélé au nombre de visites. Ainsi, certains sont très contents d’avoir vu 20 personnes. D’après une enquête que nous avons réalisée, ce qui compte le plus pour les artisans est la qualité du public drainé. 85 % se sont dits satisfaits de leurs visiteurs, qui avaient fait la démarche de venir les voir. D’ordinaire, lors d’autres manifestations, les artisans voient passer un flot de public qui n’est pas véritablement là pour eux.

Capture d’écran 2012-12-11 à 11.15.56

Comment communiquez-vous, à l’échelle régionale, pour attirer le public ?
Nous nous attachons à la pertinence des publics touchés plutôt qu’à l’aspect massif des visites, d’autant que les ateliers sont souvent peu taillés pour recevoir beaucoup de monde. Nous insistons beaucoup sur la mise en place de manifestations globales en partenariat avec les écoles et les entreprises, mais nous évitons absolument la mise en place de marchés ou de salons de métiers d’art car il en existe déjà une quarantaine toute l’année dans la région. A mon sens, le public attend des JEMA une rencontre avec les artisans. Nous travaillons donc à l’entretien de liens entre le patrimoine et la réalité d’un métier, en faisant venir par exemple des artisans dans un musée, ou en regroupant des artisans allemands, luxembourgeois et français. Cela permet par ailleurs d’éviter que les JEMA se transforment en une gigantesque foire.

Quels sont vos projets pour l’édition 2013 ?
Nous projetons de travailler avec la promotion DMA (diplôme des métiers d’art) éclairage et son d’une école locale, de travailler la scénographie d’une ou deux expositions, ainsi que plus globalement de travailler avec les métiers du son et de l’image. Pour le reste, nous venons de finaliser un tableau avec pratiquement 40 lignes de manifestations au programme et d’établissements de formation. L’évènement majeure tournera autour du graphisme et du papier, à l’Imagerie d’Epinal (Entreprise Patrimoine Vivant), avec le regroupement d’une quinzaine d’artisans qui mettront en valeur leurs façons de travailler le papier (calligraphe, marbreuse de papier, origamiste…). Par ailleurs, dans une immense grange lorraine, sur 400m2, nous mettrons en valeur tous les métiers du bois. Enfin, nous venons de finaliser des accords avec les musées de Nancy (musée des Beaux Arts, musée Lorrain, musée de l’École de Nancy) pour des ateliers de démonstration et des animations centrées sur des visites guidées de collections, par des professionnel qui donneront leur sentiment sur les pièces.

Pour plus d’informations : http://www.metiersdart-lorraine.org