Archives mensuelles : novembre 2012

« Multiplier les actions pour toucher les gens à proximité »

Loïca Hivert est conseillère en développement économique, référente Métiers d’art à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Morbihan.

Comment se déroulent les JEMA sur votre département ?
Les JEMA, sur notre territoire, se caractérisent par l’organisation d’un certain nombre de petites manifestations collectives, sans évènement de grande ampleur. Elles sont l’initiative de collectivités, de communes ou d’associations de professionnels. Pour l’édition 2012, le Morbihan a recensé 137 inscriptions d’artisans sur les 241 qu’a comptées la Bretagne. La démultiplication des actions sur le territoire permet de toucher des gens à proximité de chaque évènement, même si du fait de l’éclatement de la population les retombées peuvent être arithmétiquement moindres que pour des manifestations de grande ampleur.

Quelle est l’implication pour les différents acteurs ?
Nous organisations chaque année une grande réunion départementale pour informer un maximum d’acteurs (professionnels, collectivités locales, offices du tourisme, associations). Après concertation, chacun décide ensuite de la mise en place d’une action sous forme d’atelier ou d’animation (démonstration, mini conférence, etc). Mon rôle est d’orienter chaque acteur pour son inscription sur le site des JEMA, ainsi que de communiquer sur les opérations, avec l’organisation d’une conférence de presse départementale en partenariat avec le conseil général du Morbihan (dans le cadre du cluster Métier d’art 56). Je coordonne, j’incite aux initiatives, dans le cadre d’une mobilisation régionale.

Quels sont les projets pour l’édition 2013 ?
La réunion n’a pas encore faite au niveau départemental, je ne suis donc pas en mesure de vous communiquer des informations définitives. Seules certitudes : l’organisation d’un évènement à Arradon ainsi que dans la ville de Josselin, sont d’ores et déjà reconduits.

Pour plus d’informations : http://www.metiers-art.morbihan.fr

« Un évènement positif qui suscite l’enthousiasme des visiteurs »

Christine Breton-Dennebouy travaille depuis 20 ans sur les métiers d’art au sein de la Chambre des métiers de Basse-Normandie, d’abord pour la fête régionale des métiers d’art, et désormais comme responsable du Pôle clientèle, en charge de la coordination des JEMA dans la région. 

Quelle est votre appréhension régionale des JEMA ?
Il s’agit d’un évènement positif, qui suscite l’enthousiasme des visiteurs. L’image véhiculée auprès des partenaires et des institutions, pour les départements et les conseils régionaux, est aussi excellente. En Basse-Normandie, la manifestation draine une population déjà sensible aux métiers d’art et à leurs thématiques. D’où la nécessité d’ouvrir les JEMA à un public plus large, avec davantage d’opérations concentrées sur un même espace afin d’attirer plus de monde.

Comment cela s’est-il concrétisé lors de l’édition 2012 ?
Le bilan a été positif sur l’ensemble de l’opération en Basse-Normandie. Au total, ce sont plus de 5.000 ateliers qui ont ouvert leurs portes, avec 5 manifestations majeures et 3.000 plus petites, qui ont permis de toucher plus de 10 000 visiteurs.

Le petit bémol a été une baisse de la fréquentation, par rapport à 2011, dans les portes ouvertes d’ateliers, peut-être du fait d’une hausse de la fréquentation dans les lieux dits de regroupements (conférences, entreprises). D’où la problématique d’être attentifs aux professionnels trop isolés, en les incitant à se regrouper dans des évènements phares.

Et pour l’édition 2013 ?
Nous avons des actions envisagées sous des formes différentes sur les trois départements (Calvados, Manche et Orne), et un évènement phare pour toute la région. Ce dernier visera prioritairement les jeunes, avec l’exposition d’oeuvres réalisées par des élèves en formation (CAP ou BAC) qui ont concouru au Prix Avenir Métier d’Art organisé par l’INMA. Nous prévoyons la présence d’entreprises pour animer l’exposition, sur la base d’une thématique précise, ainsi que de travailler avec des professionnels reconnus pour leur savoir faire d’exception (Entreprise du Patrimoine vivant, maitres d’art, etc).

Plus d’informations : http://www.cmar-bn.fr/index.htm

« Les JEMA sont la manifestation phare dans la promotion des métiers d’art. »

Agent du service économique de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat d’Eure-et-Loir, Luc Dauvillier est responsable du relais régional pour les JEMA dans le Centre, en relation étroite avec les cinq autres chambres de métiers départementales de la région.

Quel bilan faîtes vous des JEMA 2012 ?
Lors de la dernière édition, 300 artisans d’art se sont mobilisés sur la région Centre, permettant l’organisation de 16 manifestations et de nombreuses expositions, conférences et circuits. Sur les six départements que compte la région, nous avons recensé plus de 25 000 visiteurs ! Les JEMA sont pour nous la manifestation phare dans la promotion des métiers d’art.

Quels sont vos projets pour l’édition 2013 ?
La priorité reste pour nous d’amener les artisans à ouvrir toujours plus leurs portes, afin de continuer de toucher le public le plus large possible. Notre ambition est de rassembler au moins autant d’entreprises en 2013 qu’en 2012, et d’organiser des manifestations collectives en conservant l’esprit initial d’ouverture des ateliers au grand public. L’an passé, nous avons préparé un certain nombre d’artisans volontaires en organisant des formations à caractère commercial pour l’accueil et la présentation des ateliers, rendus ainsi plus attractifs pour le public. Un succès, puisque nous avons constaté une fréquentation de ces sessions de formation largement supérieure à la moyenne.

Notre préoccupations est aussi de communiquer, le plus possible, en utilisant la presse locale et régionale, pour renforcer l’appui des  organisateurs nationaux et encourager les efforts des participants.

Quels sont vos missions et votre implication ?
Je travaille depuis 30 ans sur l’artisanat, en tant que technicien de Chambre de métiers, et depuis 5 ans sur le secteur des métiers d’art. Mon rôle est de promouvoir les métiers, en amenant les artisans à obtenir des titres de maître d’art et/ou le label d’Entreprise du patrimoine vivant. Nous organisons des actions de promotion des entreprises, et aidons les artisans d’art qui viennent d’arriver dans la région à créer leur activité, en dépassant le cap difficile des premières années. Nos opérations permettent également à certains entrepreneurs de conquérir de nouveaux marchés, à l’international, par l’organisation d’actions de découverte, comme prochainement en Angleterre, où l’on emmène des entreprises du secteur des métiers d’art rencontrer des architectes et des décorateurs britanniques. Globalement, la Chambre des métiers est surtout un appui financier, en tant que relai des collectivités territoriales qui mettent en oeuvre des politiques pour accompagner les entreprises dans l’investissement.

Pour plus d’informations : http://www.cm-chartres.fr/Default.aspx?tabid=1530